QUESTIONS RÉPONSES

CAUTERETS AU QUOTIDIEN
Le maintien de la population n’est pas assurée. Que comptez-vous faire ?
L’attractivité du territoire est à paramètres multiples. Elle tient d’abord à l’emploi; les métropoles en sont un parfait exemple ; et à son pouvoir d’attraction des entreprises.
Elle tient ensuite au cadre de vie : proximité de services, commerces, établissements scolaires, et l’environnement naturel et urbain.
Elle tient enfin au logement qui doit correspondre aux attentes des habitants.
Nous favorisons la venue d’entreprises. Des projets privés et publics naissent, d’autres voient le jour.
L’architecture, les paysages, les aménagements, le patrimoine, vus comme vecteurs d’attractivité et non de contraintes comme le souhaitent notre opposition, sont au cœur de nos politiques.
Le logement est d’actualité : la flambée des prix de l’immobilier dans un contexte économique jusqu’ici favorable, rend l’accession à la propriété difficile.
La loi permet désormais de séparer habitat et foncier. Un bail très longue durée permet désormais de louer le foncier, de baisser le coût de l’habitation dans des proportions significatives, 30 à 50 %, et contrôler destination du bien et spéculation.

Quelles sont vos propositions pour l’aménagement urbain et les difficultés de stationnement ?
Tout d’abord, il n’y a de vraies difficultés de stationnement que pendant les périodes de forte fréquentation touristique soit 6 à 8 semaines par an.
Ensuite une politique de stationnement ne se définit pas que par le nombre de places mais surtout par la cohérence d’un plan de circulation, des aménagements urbains et des parkings.
Cet été, nous allons tester un aménagement urbain créant des espaces partagés en renforçant la place réservée aux piétons. Ceci présente l’avantage de favoriser la promenade des familles en centre ville, de favoriser l’activité commerciale et de diminuer les pollutions liées à la circulation.
L’usage des parkings extérieurs par les touristes doit être favorisé parce qu’il permet de libérer le centre et nécessite peu d’investissements (Le prix d’une place de parking en centre ville est couramment estimé à 15000€).
Nous ferons un bilan des nouveaux aménagements prochainement, en associant étroitement les cauterésiens de façon à déterminer les politiques futures d’aménagement urbain, de plan de circulation, de stationnement et améliorer le système de navettes.

Où en est le cabinet médical à ce jour ?
Le cabinet médical a été acheté en début d’année par la Commune suite à une longue négociation et l’accord conclu avec les ex-propriétaires et médecins que nous remercions de leur confiance. La maison de santé et la SISA (société interprofessionnelle de soins ambulatoires)sont désormais créées, et deux nouveaux médecins rejoignent cette année l’équipe en place ! La mairie rénove le matériel médical et prépare le réaménagement des locaux en 2021.

Vous dites vouloir adapter les services à la personne et favoriser le maintien à domicile de nos aînés, mais qu’envisagez-vous de plus que ce qui existe déjà ?
La Maison de santé pluridisciplinaire, parce qu’elle est labellisée, a cette mission de coordination des soins de proximité. La SISA ( société interprofessionnelle de soins ambulatoires ) a été créée pour cela : elle regroupe l’ensemble des professions médicales du territoire, médecins, infirmiers, ostéopathes, kinés, et pharmacien, organise la coordination des soins et permet une hospitalisation et un maintien à domicile des patients.
La SISA tire des revenus de la caisse maladie pour cette hospitalisation à domicile, qui lui
permettent de financer son fonctionnement, dont le salaire de la secrétaire médicale et les frais de fonctionnement de la MSP (Maison de Santé Pluridisciplinaire).

Le jardin familial est une préoccupation actuelle. Que proposez-vous ?
La pandémie et le confinement ont ravivé chez nos concitoyens l’envie de nature et de santé, et avec elle, l’envie de jardin familial. Cette idée n’est pas nouvelle, et tout à fait réalisable.
Sur une zone inconstructible du terrain Cérous, il est possible de créer environ 25 jardins familiaux sur 8 plateaux existants. Le coût total du projet, fumure, clôture, desserte en eau et accès, est évalué à moins de 5 000 €.
Les jardins, qu’ils soient familiaux ou partagés, sont généralement gérés par une association pour un coût modique. La ville d’Argelès-Gazost a déjà accompagné une initiative de ce type avec succès.
Dès le début de ce prochain mandat, nous vous en proposerons la mise en œuvre.

CAUTERETS GRAND TOURISME
Quels sont les enjeux de la liaison Luz-Cauterets ?
L’enjeu premier de la liaison est la valorisation d’infrastructures existantes potentiellement
complémentaires : des lits à Cauterets trop nombreux pour l’offre touristique actuelle toutes saisons de Cauterets, et la station de Luz-Ardiden à l’avenir menacé par le manque de clients.
Un enjeu est d’équilibrer les comptes des stations, de sécuriser leur avenir et de redonner une capacité à investir aux communes.
Enfin la bannière commune de nos deux stations augmentera la lisibilité et la crédibilité de nos destinations de stations et de vallées des Gaves.

Pourquoi un avancement aussi lent du projet de liaison Luz-Cauterets ?
De façon générale, un projet qui embrasse des sujets environnementaux est long à réaliser. Nous avons démarré les études de la liaison en fin de décennie précédente. Une étude environnementale a été menée pendant plus d’un an et des études de clientèles sur deux hivers.
Les crues de 2012 et 2013 ont détourné les priorités de la commune. À la veille des élections de 2014, alors prêts à déposer la demande d’autorisation et à quelques semaines des élections municipales, les élus Luzéens et nous-même décidâmes d’attendre la décision des urnes. Le projet fut alors validé à Cauterets et rejeté à Luz !
En juin 2018, menacés de fermeture définitive, les élus Luzéens ont réactivé le projet ; que nous avons déposé en mars dernier.

Une nouvelle télécabine au Cambasque ?
À sa création en 1976, elle suppléait le faible débit du téléphérique, 500 puis 800 p/h en
1985, et offrait du confort au skieur, malgré une route d’accès difficile. La télécabine
tenait alors lieu simultanément de remontée d’accès au domaine et de desserte de la
piste Lys-Cambasque.
Depuis le remplacement du téléphérique par la TC8, son intérêt s’était nettement
amenuisé ; au point que si elle assurait jusqu’à 50 % des montées au Lys il y a 30 ans,
celle-ci se limitait à quelques 8-10 % en 2012. Depuis, la TC8 a été fiabilisée et
optimisée en débit ; limitant d’autant plus l’intérêt du remplacement de la télécabine du Cambasque.

Où en est l’embauche du directeur général ?
Le directeur général commun à Espaces Cauterets, l’Office de Tourisme et Cauterets Restauration prendra sa retraite avant la prochaine saison hivernale. Des élections municipales conclues en mars auraient laissé toute latitude à la nouvelle équipe municipale de procéder à son remplacement.
Le temps passant, et les élections municipales étant reportées au 28 juin, il devenait urgent de lancer la procédure de recrutement afin de ne pas laisser vacante cette direction en début d’hiver prochain.
En conséquence, nous avons sollicité Inlé, un bureau spécialisé, pour lancer l’appel à candidature.
Nous avons retenu un profil de poste à large spectre de compétences, pour satisfaire les
aspirations les plus exigeantes. Nous comptabilisons déjà une vingtaine de candidatures
variées qui devraient permettre à la prochaine équipe municipale de réaliser son choix.

CAUTERETS ENVIRONNEMENT
Transition énergétique : hydroélectricité et géothermie.
La lutte contre le réchauffement climatique et la préservation des ressources naturelles, dans un monde où le progrès reste essentiel, conduit notamment à une transition énergétique ; à préférer les énergies renouvelables aux énergies fossiles ; et à retenir celles qui s’intégreront à notre environnement.
Nous collectons toutes les eaux résiduelles des sources thermales que nous stockons sous
l’esplanade du Casino. Leurs calories chauffent déjà l’eau et l’air de la piscine, la Mairie et l’Office de la Montagne. Demain, elles assureront le chauffage des écoles, crèche-garderie et centre de loisir et une partie de l’énergie consommée par la buanderie des thermes.
Nous envisagerons le stockage souterrain des calories non exploitées en été pour déneiger les rues en hiver.
Le gave du Cambasque, sur sa partie amont de la ville, bénéficie d’un classement
compatible avec la production hydroélectrique. Un projet exemplaire sera
prochainement réalisé : consommant peu d’eau, parce que misant sur le dénivelé,
totalement enterrée sur son parcours, soignée architecturalement et sans impact
environnemental prévisible, la micro centrale produira une électricité verte pour plus de
4 000 foyers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :